Les secrets d'une diva

L'un des plus importants opéras d'Europe doit son existence à une impératrice : Marie-Thérèse d'Autriche a en effet ordonné l'édification du « Teatro alla Scala » à Milan après que le théâtre de l'époque, le « Regio Ducale », eut totalement brûlé au cours de la nuit de carnaval du 26 février 1776. Pour créer suffisamment de place dans cette ville fortement urbanisée, l'église Santa Maria della Scala fut rasée. C'est d'ailleurs à elle que le nouveau grand théâtre doit son nom « Teatro alla Scala ».

Le bâtiment a été conçu par l'architecte Giuseppe Piermarini, dont la signature néoclassique se retrouve aussi bien sur la façade qu'à l'intérieur du bâtiment. L'exposition, pendant des siècles, à des contraintes diverses et variées et aux intempéries a fini par laisser des traces sur le bâtiment de la Scala, jadis si somptueux; par ailleurs, les parties partiellement détruites durant la deuxième Guerre Mondiale n'avaient été que grossièrement remises en état. En 1999, la façade historique a été entièrement restaurée.

Après avoir éliminé méticuleusement toutes les saletés qui s'étaient accumulées durant ses 200 dernières années, les travaux de rénovation sur les éléments en stuc et en bois de la façade ont pu enfin commencer. Pour le revêtement de la façade, le choix s'est porté sur le produit Alphaloxan de Sikkens. Cette peinture pour façade haut de gamme, à base de résine de silicone, est particulièrement bien adaptée sur les supports minéraux, est résistante aux gaz d'échappement industriels ainsi qu'aux intempéries et protège durablement les surfaces de la prolifération d'algues et de champignons. En 2002, l'architecte Mario Botta s'est vu confier la tâche de moderniser la Scala. L'extension de la scène ainsi que la restauration et transformation des sallesm intérieures ont permis d'adapter cette vénérable maison au progrès technique du nouveau millénaire, sans toutefois détruire le style néoclassique de Giuseppe Piermarini et l'impression d'ensemble chère aux passionnés d'opéras et d'architecture. Depuis la fin des travaux, en 2004, la diva italienne a retrouvé, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, tout son éclat du temps jadis et est aujourd'hui une scène très appréciée pour de nombreuses mises en scène époustouflantes d'opéras.