En voiture, s'il-vous-plaît !

Cette locomotive à vapeur historique n° 7 et sa chaudière en position verticale qui permet, en cas de forte pente, de garder un niveau d'eau quasi constant, est sans aucun doute un véritable petit bijou. Des wagons ouverts et pimpants, comme s'ils venaient de sortir de l'usine hier, sont accrochés à cette petite merveille. Il est clair qu'il n'y a pas que les amoureux des trains qui vont se battre pour profiter d'un instant si précieux.

Produits Sikkens

La « vieille dame », ainsi que ses wagons, est un sujet particulièrement photogénique. Et aujourd'hui encore plus. En effet, ce petit bijou des années 1900 a été reconstitué intégralement et restauré, sous la régie de Walter Mettler, par les collaborateurs des ateliers de la Rigi-Bahnen. Walter Mettler - qui de son métier est peintre, restaurateur et conducteur de train - ainsi que ses hommes des ateliers de l'ARB - ont réalisé un travail monumental.

Soutenu par le conseiller technique d'AkzoNobel, Christof Kaspar, tout ce petit monde s'est attelé à ce travail extrêmement difficile, pas à pas. Couche après couche, des analyses très précises ont été faites et les supports - la plupart en bois - ont été expertisés et préparés minutieusement. Les wagons en bois ont été recouverts avec le produit Rubbol SB de Sikkens.

Un exploit dans construction des chemins de fer

Le chemin de fer à crémaillère Arth-Rigi-Bahn a été construit par les ingénieurs Niklaus Riggenbach et Olivier Zschokke. En tant que maître d'œuvre, la société « Internationale Gesellschaft für Bergbahnen » d'Aarau fondée par l'ingénieur Riggenbach a réalisé, pour 4,2 millions de francs suisses, le projet de chemin de fer et a fourni également cinq des six locomotives à vapeur. La pose des voies sur le parcours Goldau – Staffel a commencé durant l'été 1873 et la ligne, dans sa totalité, a été mise en service le 4 juin 1875. Ceci représente, sans le moindre doute, un exploit dans la construction des chemins de fer!

En effet, au début des années 1870, la locomotive Riggenbach construite par la société suisse « Schweizerischen Lokomotiv- und Maschinenfabrik » (SLM) nécessitait, lors de la montée vers le Rigi environ 500 kilos de charbon et 2200 litres d'eau. En 2012, malheureusement, aucun train à vapeur historique n'a pu monter sur le Rigi, que ce soit sur la ligne Vitznau - Rigi Kulm ou Arth Goldau - Rigi Kulm. Et ce, en raison des transformations effectuées dans les gares de Rigi Kaltbad et Arth Goldau. En 2013, toutefois, les trains à vapeur montent de nouveau, à horaires fixes, sur le Rigi.